Le Conté du Val d'Omer


Les Capétiens :
 
Extension du domaine royal de 987 à 1328 :

De 987 à 1328, la couronne de France a appartenu à la dynastie capétienne.
Cette dynastie a compté quatorze rois :

Hugues Capet
Robert le Pieu
Henri 1er
Philippe 1er
Louis VI le Gros
Louis VII le jeune
Philippe Auguste (1180-1223)
Louis VIII
Louis IX (1226-1270)
Philippe III le Hardi
Philippe IV le Bel (1285-1314)
Louis X le Hutin
Philippe V le Long
Charles IV le Bel

Trois de ces rois, Philippe Auguste, Louis IX, Philippe le Bel, eurent une importance exceptionnelle.
Mais tous les rois capétiens travaillèrent d'un effort persévérant à une même oeuvre qui fut considérable, l'unification de la France, morcelée en grands fiefs depuis la fin de la dynastie carolingienne.

En 987, le royaume avait pour limites :
- au nord, la mer du nord et les embouchures de l'Escaut;
- au sud, le Llobregat en territoire espagnol et les Pyrénées;
- à l'est, la frontière suivait à peu près l'Escaut, la Meuse depuis mézières jusqu'à sa source, la Saône, les Cévennes, l'Ardèche et la branche occidentale du delta du Rhône.

C'était, avec un quart de la Belgique actuelle et un fragment de l'Epagne, toute la France de l'Atlantique et le languedoc, environ soixante trois de nos départements.

Le royaume était composé de principaux héréditaires, duchés et comtés.
Les principautés étaient indépendantes les unes des autres.
Dans chacune d'elles le Duc ou le Comte était souverain.
Ducs et Comtes étaient les vassaux et non les sujets du roi.

Comme les seigneurs, le roi possédait des terres, des châteaux, des villes qu'il avait hérité de ses ancêtres; c'est ce qu'on appelait le domaine royal.
Ce domaine consistait en une étroite bande de terre, une sorte de couloir resserré entre le duché de Normandie et le comté de Blois, le comté de Champagne et le duché de Bourgogne.

il allait de Compiègne àorléans, et comprenait un fragment de l'Ile de France et de l'Orléanais.
On y trouvait deux villes importantes : Paris et Orléans.
Le domaine royal équivalait à peine à deux de nos départements.
Encore y avait-il, enclavés au milieu du domaine, des seigneuries dont les possesseurs, vulgaires brigands, empêchaient le roi de circuler librement sur ses terres.
Le domaine royal était le plus petit des grands fiefs.
Le roi était le moins riche et le moins puissant des grands seigneurs.


Le royaume et le domaine royal à l'avènement des capétiens




Les premiers capétiens :
 

Hugues Capet (987-996) et ses trois premiers successeurs, Robert le Pieux, Henri 1er et Philippe 1er, furent donc des souverains sans grande puissance, et leur histoire qui occupe cependant un siècle (987-1108), ne renferme aucun fait important.
Ce qui ajoutait à leur faiblesse, c'est que la couronne était sélective.
Ceux qui avaient élu Hugues Capet à Noyon pouvaient être tentés à sa mort d'élire un autre que son fils.

Pour échaper à ce danger, Hugues Capet eut l'idée de faire élire et sacrer son fils, lui vivant.
On sait quelle était l'importance du sacre.
Celui qui avait été sacré était considéré comme l'élu de Dieu et les hommes ne pouvaient désormais refuser la couronne à "l'oint du Seigneur".
Pendant deux siècles la précaution prise par Hugues Capet le fut aussi par tous ses descendants jusqu'à Philippe Auguste.
Avec celui-ci la dynastie capétienne devint assez puissante pour que personne ne pût penser à lui enlever la couronne et pour que toute précaution devînt inutile.
Pendant le règne de Philippe 1er, deux grands évènements se produisirent.
En 1066 le duc de Normandie, Guillaume le Bâtard fît la conquête de l'Angleterre.
En 1095, la première croisade fut prêchée à Clermont, en Auvergne.
Philippe 1er n'y prit aucune part.




Louis le gros, Louis le jeune
 
Louis VI (1108-1137) surnommé l'Eveillé, puis dans la suite le gros, fut un souverain actif et énergique, un vrai soldat intrépide et tenace, payant partout de sa personne.
Il passa trente quatre ans à détruire les brigands installés dans le domaine, notamment les seigneurs de Monthléry et du Puiset.
A sa mort le domaine royal était unifié et l'autorité du roi étit partout incontestée.

Avec Louis VII le Jeune (1137-1180), la puissance des rois capétiens grandit tout d'un coup.
Louis avait épousé Eléonore d'Aquitaine, héritière de la plus grande partie du pays compris entre la Loire et les Pyrénées.
Par ce mariage le roi était devenu le plus grand et le plus riche propriétaire du royaume.
Malheureusement, au retour de la seconde croisade, il répudia Eléonore.
Celle-ci reprit ses biens et épousa un vassal du roi de France, Henri Plantagenet.

L'association

Accueil
Présentation
Le camp
Années 2007-2008
Tourcoing 2009
Lestrem 2009
Cassel 2009
Clarques 2009
Combats
sites à visiter
Location matériel,
Infos membres


Histoire

Poésie
Du XIIè au XVème
Les Capétiens
Philippe Auguste
Saint Louis
Domaine Capétien
Château Gaillard
Bataille de Bouvines

Contacts

Contact président
Webmaster

Les sites amis

lesprincesirlandais
Hurionville
office tourisme Lillérois
Copyright © 2009 valdomer.fr Tous droits réservés.